La gauche dresse une pétition contre une installation du Puy du Fou aux Lacs de l’Eau d’Heure

Vous connaissez le Puy du Fou ? Il s’agit d’un parc d’attraction orienté autour de la reconstitution historique fondé par Philippe de Villiers en 1989. Mais les représentants de la Gauche n’aiment pas Philippe de Villiers. Pas du tout.

L’objectif assumé de De Villiers avec le Puy du Fou était de présenter l’Histoire de France et l’Histoire européenne sous une esthétique soignée à travers des spectacles grandioses. À l’heure de la culpabilisation systémique des autochtones européens, De Villiers sort la tête d’un marais d’excréments tumultueux et torrentiel et affirme avec simplicité que les Européens n’ont pas à avoir honte de leur passé ─ bien au contraire. Mais ce discours qui entend modérer la critique opérée par les nouveaux historiens du régime ploutocratico-maçonnique et la gauche néo-colonialiste n’est pas supportable à l’heure du triomphe du marxisme culturel.

Pour le régime, les Européens doivent être culpabilisés et aucune espèce de fierté nationale ou civilisationnelle ne doit être tolérée. L’Européen doit baisser les yeux, s’excuser platement pour la grandeur et la beauté du monde qu’il a bâti. Il doit avoir honte d’être qui il est ─ tellement honte qu’il doit regretter de ne pas être né marron pour avoir le droit d’être une victime comme les autres.

C’est ici qu’interviennent les chiens de garde du système démocratique comme le petit Julien Dohet.

Le petit Dohet est membre rémunéré du SETCA (FGTB), ex-sociétaire du CAL (Centre d’Action Laïque)… Bref, un mec qui n’a jamais travaillé pour un employeur privé mais les dénonce comme étant des tyrans. Pour lui, l’Histoire a commencé avec la révolution industrielle, leur naissance du Christ, et s’achèvera le jour de la Grande Révolution prolétarienne, le jour du Jugement Dernier. Un universaliste, pur produit du judéo-christianisme sécularisé qui s’ignore.

Dans sa pétition en ligne intitulée “A-t-on vraiment besoin d’un Puy du Fou en Wallonie ?”, le petit Dohet déclare :

S’il est important de faire sortir l’histoire des laboratoires de recherche comme de l’Université et même de l’école afin de rendre le savoir accessible au plus grand nombre, par un travail de vulgarisation, il est aussi intéressant de se poser la question suivante : quelle histoire est-il utile de visibiliser davantage auprès des citoyens et citoyennes dans ce cadre ?

Vous avez bien lu : il prétend qu’il existe différents degrés d’utilité à l’enseignement de l’Histoire. Je vais expliciter ses propos : le petit Dohet pense qu’il est utile d’enseigner une certaine vision de l’Histoire pour asseoir un agenda politique. Voir des Européens sûrs d’eux-mêmes et dominateurs le rend malade, car il veut les voir affaiblis, avilis et avachis, à l’agonie civilisationnelle et anthropologique.

Souvenez-vous de ce que disait Bardèche dans Nuremberg ou la terre promise :

Toute nation, tout parti qui se souviennent du sol, de la tradition, du métier, de la race sont suspects. Quiconque se réclame du droit du premier occupant et atteste des choses aussi évidente que la propriété de la cité offense une morale universelle qui nie le droit des peuples à rédiger leurs lois. Ce n’est pas les Allemands seulement, c’est nous tous qui sommes dépossédés. Nul n’a plus le droit de s’asseoir dans son champ et de dire : « Cette terre est à moi ». Nul n’a plus le droit de se lever dans la cité et de dire : « Nous sommes les anciens, nous avons bâti les maisons de cette ville, que celui qui ne veut pas obéir aux lois sortent de chez moi ». Il est écrit maintenant qu’un concile d’êtres impalpables a le pouvoir de connaître ce qui se passe dans nos maisons et dans nos villes.

Nous ne sommes toujours pas sortis de cette dialectique, et affirmer la Grandeur de la civilisation européenne à travers une esthétique explicite dans le cadre d’un parc d’attraction suffit à filer de l’urticaire à tous les bienpensants et chiens de garde du système.

Car oui : la Gauche, c’est le système. Désolé à tous les révolutionnaires en carton-pâte.

Source : SudInfo

2 réflexions sur “La gauche dresse une pétition contre une installation du Puy du Fou aux Lacs de l’Eau d’Heure

  • 06/01/2024 à 18:13
    Permalien

    Encore un subventionné qui s’agite. Manque plus qu’un chansonnier également subventionné pour le soutenir. Ferait mieux de se chercher un vrai boulot.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *