Selon le sociologue Jan Hertogen, Bruxelles compterait 82.5% de personnes issues de l’immigration

82,5% à Bruxelles, 62% à Anvers, 41% à Gand, 38.3 en Wallonie et 37.3% sur l’ensemble du territoire belge : tels sont les chiffres avancés par Jan Hertogen.

Des chiffres plus élevés que ceux fournis par l’agence gouvernementale Statbel, et pour cause :

Cela s’explique par le fait que Statbel ne comptabilise que les enfants d’étrangers devenus belges, alors que j’englobe également les petits-enfants. Si vous ne faites pas cela, les pourcentages vont baisser dans un avenir proche et ne reflèteront plus la réalité

Remarque capitale que les sociologues cooptés par l’État remplaciste se gardent bien de répandre. Mais n’allez surtout pas croire que Jan Hertogen s’inquièterait de la dynamique démographique en Europe de l’ouest et plus particulièrement en Belgique. Non môssieur ─ bien au contraire !… car selon ce boomer chrétien universaliste de gauche ─ navré pour les synonymes ─ :

Il s’agit d’une évolution démographique parfaitement normale. Une évolution qui nous a procuré en grande partie des avantages. La migration n’est pas le problème, c’est juste une solution“.

Car les affirmations de Jan Hertongen sont bien à considérer à l’aune de son idéologie. Non seulement le boomer Jan est un ancien du syndicat chrétien Acv Puls, mais c’est également le tonton d’une figure bien connue en Belgique francophone pour être présentée par les médias comme le révolutionnaire en chef du XXIème siècle, parangon de la justice et figure de proue du mouvement social contestataire wallon, j’ai nommé… le petit Raoul Hedebouw.

À l’instar de Nietzsche, nous nous attelons toujours à faire un travail généalogique. Ça tombe bien parce que dans cet article publié par le média Knack, nous en apprenons davantage sur les racines du petit Raoul et sur son petit tonton boomer christiano-communiste. Lisez-le si vous avez dix minutes à perdre durant une pause caca.

Analysons les propos de Jan Hertogen dans le détail ; quels sont ses arguments ?

Tout d’abord, sur le plan démographique. Sans migration, nos villes seraient exsangues. Bruxelles ne compterait plus que 250.000 habitants, Anvers la moitié de ce qu’elle a aujourd’hui.

En bon adepte de la rhétorique marxiste, Jan Hertogen se veut le défenseur de l’idée de Progrès et de fin de l’Histoire. Ainsi, il partage avec ses faux-ennemis libéraux une même vision de la nécessité d’une croissance infinie dans un monde fini. Pour Hertogen, l’explosion démographique mondiale qui consiste à importer des millions d’Africains en Europe pour les transformer en consommateurs occidentaux est une très bonne chose. Hertogen, c’est le genre de gars qui, une fois attablé au bar, vous raconte que si on n’avait pas d’arabes en Europe de l’Ouest, alors on n’aurait plus personne pour ramasser les poubelles.

Sur le plan économique également, la migration est extrêmement importante. Selon une estimation prudente que j’ai réalisée, au moins un tiers de notre PIB, soit environ 180 milliards d’euros, provient de personnes issues de l’immigration. Bref, sans l’immigration, nous serions tous moins prospères

Encore une fois un argument matérialiste ─ rien d’étonnant venant d’une secte qui a une vision économico-financière de l’être humain. Je me demande bien d’où Jan tire son chiffre de 180 milliards d’euros et pour ma part, je n’ai pas le temps de procéder à une contre-enquête. Je vais seulement me permettre de soulever quelques points qui ont été abordés par Laurent Obertone dans La France Interdite ─ livre capital à votre formation idéologique. Aux chiffres que les organismes gouvernementaux vous procurent, il est nécessaire d’ajouter :

  • L’évasion des capitaux dans les pays d’origine des immigrés (plusieurs milliards par an)
  • Le coût de l’immigration clandestine (4,6 milliards par an)
  • Le coût de la politique d’asile (prise en charge des migrants : 4 milliards par an)
  • La prise en charge des étudiants étrangers (4 milliards par an)
  • Le coût de la santé. Par exemple, selon l’institut Robert Koch, les migrants représentent en Allemagne en 2015 40% des nouvelles infections au VIH. Le risque de psychose et de schizophrénie est trois fois plus important chez les immigrés venus de certaines régions du monde. Tout cela a un coût.
  • Les plans banlieue (transfert d’argent public dans les zones ethniquement remplacées : 80 milliards par an)
  • Le coût de l’insécurité : 234 milliards par an selon Jacques Bichot
  • La lutte contre le terrorisme : 20 milliards par an

L’argument économique est bidon. Ces chiffres datent d’une dizaine d’années et concernent la France, mais je me permets de soumettre l’hypothèse selon laquelle il y a une corrélation forte entre les chiffres français et les chiffres belges. Vous ne l’avez toujours pas lu ? Qu’est-ce que vous attendez ?

Dernier argument :

Et puis il y a l’aspect culturel. Lorsque les artistes me disent que Bruxelles est le top mondial de la danse moderne, de la musique, etc., c’est grâce à la synergie de toutes ces cultures différentes. La migration est synonyme d’enrichissement à cet égard également, et non d’appauvrissement.

Je n’ai même pas envie de répondre à cela puisque nous nous sommes déjà longuement étendus sur le sujet de la nouvelle culture métis dans ces articles dédiés au festival des Ardentes, parangon de la médiocrité et du déclin de la culture occidentale :

Le festival “Les Ardentes” : succès intercontinental !

Festival des Ardentes (Liège) : Zarathoustra inflige un fléau divin aux Derniers Hommes en leur transmettant la tourista

La conclusion de Jan Hertogen va vous faire tomber de votre chaise :

Notre vision de la migration est fondamentalement erronée. J’invite tout particulièrement les chercheurs d’aujourd’hui à la corriger. Si ce n’est pas le cas, l’immigration elle-même sauvera finalement notre démocratie : ou pensez-vous que toutes les personnes issues de l’immigration qui s’installeront dans les années à venir dans la région de Dender ou en Flandre occidentale, qui se dépeuple progressivement, voteront pour le Vlaams Belang ?

Le grand plan pour sauver la Démocratie et les Droits de l’Homme : remplacer le militant identitaire blond aux yeux bleus du Vlaams Belang par des immigrés venus du tiers-monde pour remporter la course aux élections et faire triompher des partis de gauche.

Au moins, c’est transparent !

Source : 7sur7

Une réflexion sur “Selon le sociologue Jan Hertogen, Bruxelles compterait 82.5% de personnes issues de l’immigration

  • 12/01/2024 à 14:00
    Permalien

    “Du moment que la démocratie est sauvée….”

    Bon voilà, peu importe qu’il n’y ait plus un Belge de race Blanche en Belgique (tout comme il n’y aura plus non plus de français de race blanche en France…), tant qu’il y a la édémocrassie, tout va bien !

    Une Belgique pleine d’allogènes de couleurs marrons/noires ( la France idem), tout va bien si ces abrutis d’allogènes à QI de bulots peuvent continuer à mettre des bouts de papier dans un cube ne plastique, pour “élire” des tocards qui se gavent sur leur dos !

    Et c’est comme ça dans toute l’europe, nos “universalistes” pratiquent une logique de vases communicants…..l’Europe se vide de sa population d’origine, et le tiers-monde grouille de monde…pas de problèmes, déversons le surplus tiers-mondique en Europe en voie de vidange !

    Tout va bien, il restera toujours quelques vieux connards de l’espèce de ce boomer cinglé, qui r-gneront sur les populations de débiles marrons/noirs !

    Ces cons-là rêvent de refaire un petit univers colonial, mais chez eux cette fois, sur les terres d’Europe, en important toutes cette chienlit sur laquelle ils espèrent régner en maîtres, aec l’appuis des robots-soldats de Boston dynamics !

    Bon les cons, on vous a pas dit que les sous-races vont finir par cous exploser la gueule et que vous régnerez sur vos tombes….pas grave, vous verrez bien en temps voulu !

    Salut Camarades Belges, bon courage à tous pour 2024 !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *